Amphithéâtre
Architecte en chef des Monuments historiques chargé de la restauration : Alain-Charles PERROT

Le parti pris pour la restauration de l’amphithéâtre repose sur l’idée maîtresse de la “cristallisation” de l’édifice, permettant de respecter les différentes restaurations menées au cours des siècles, de stabiliser les vestiges, et de faire évoluer les structures d’accueil du public.
Après un premier chantier sur sept travées dites “prototypes” car jugées représentatives des différents types d’altération visibles sur le monument, un protocole de restauration a été mis en place. Le principe général de ce protocole est de conserver, dans la mesure du possible, les matériaux qui constituent le monument.
La pierre ne sera changée que si elle n’est pas d’origine ou si elle a perdu l’essentiel de sa consistance : dans ce cas elle pourra être remplacée par une pierre provenant d’une carrière similaire à celle ayant servi à la construction d’origine.
Lorsque le processus de dégradation n’est pas irréversible, et afin de le freiner, des ragréages de protection sont prévus afin de protéger les pierres altérées tout en maintenant l’essentiel de leur aspect. Ces pierres garderont cependant leur aspect usé afin de conserver un équilibre visuel.
Les pierres des parements en place seront nettoyées par hydro-micro sablage.
Les dalles des galeries hautes seront restituées. Un prototype de dalle a été réalisé par le laboratoire du LERM : il est fait de deux dalles de béton moulées d’après une surface existante. Leur surface sera patinée afin d’assurer leur intégration à l’édifice. Un vide aménagé au centre de ces dalles permettra l’intégration des réseaux d’électricité et d’éclairage. Sur la façade extérieure, au niveau du promenoir, les parapets seront restitués en utilisant des pierres de substitution et suivant certains vestiges encore visibles.
Les joints des couronnements en pierre seront purgés et refaits et leur surface sera modelée pour favoriser l’écoulement des eaux pluviales vers l’intérieur du monument.
Les nouvelles phases de restauration de la couronne extérieure de cet édifice concernent à présent des séries de douze travées.

Le chantier prototype des sept travées de l'amphithéâtre.

Début du chantier de restauration de l’amphithéâtre d’Arles.

Voir le film inaugural de l’amphithéâtre d’Arles

Théâtre antique
Architecte en chef des Monuments historiques chargé de la restauration : François BOTTON
Architecte Scénographe : Hervé SCNEIDER et Guillaume AVENARD, Agence Fluor Architecture
Maîtrise d’œuvre : SUDEQUIP : Bureau d’Études fluide et gros œuvres, RFR : Bureau d’Études mécaniques scéniques, Bureau Michel Forgue : Économiste de la construction

Le projet de restauration du théâtre antique d’Arles répond à différentes problématiques liées aux spécificités du monument : restaurer et rendre à nouveau visibles les parties originales de l’édifice, et substituer au système scénique actuel de nouveaux aménagements répondant aux normes des spectacles contemporains.
Les travaux de restauration (nettoyage, consolidation et restauration des vestiges antiques) concernent la cavea, les salles périphériques arrière, les sols et circulations à travers le site, le pavillon d’entrée, la Tour de Roland ainsi que les vestiges de la scène.
Ce projet permet également de repenser et d’améliorer les conditions d’accueil du public fréquentant le site. Des mises aux normes de sécurité seront réalisées et un parcours sera aménagé pour les personnes à mobilité réduite.
De nouvelles loges, la réfection de la régie et un cheminement lumineux au sol viendront compléter ces dispositifs, ainsi que l’aménagement d’une structure d’accueil du public (billetterie, boutique, borne interactive).
Les recherches archéologiques et techniques menées lors des études ont participé à la conception d’un nouvel aménagement scénique qui fera appel à des technologies de pointe pour mettre en place une scène mobile, un écran et des mâts lumineux démontables qui sauront s’intégrer au site afin d’en préserver la lisibilité pour les visiteurs. Ce projet est mené sur la base du projet initial de l’Atelier François Seigneur et Sylvie de la Dure, architectes scénographes.
Les qualités d’équipement culturel et de vestige patrimonial du théâtre vont bénéficier chacune des recherches et travaux menés lors de ce chantier. L’adaptation des éléments scéniques au site antique permettra la redécouverte de certaines parties du monument, jusqu’alors masquées par les anciennes installations. .

Lancement du chantier de restauration et d'aménagement scénographique du théâtre antique d'Arles - 13 février 2006 – 15heures .